Plus lycéen, mais pas encore en grande école : la classe prépa est une véritable période charnière pour les futurs étudiants. D’autant que ces deux années décisives sont pour le moins chargées et compliquées. Pour réussir, quelques pistes judicieuses doivent être suivies et appliquées.

Une filière dite « sélective », et une scolarité qui l’est tout autant : bienvenue enprépa ! Ces classes préparent notamment les élèves aux concours des grandes écoles. Que ce soit en lettres, en sciences, en commerce, etc. elles ont toutes un point commun : le rythme y est très soutenu et la pression élevée ! Car, ce qui fait l’excellence d’un établissement, c’est évidemment le taux de réussite aux fameux concours… Mais la prépa peut très bien se dérouler, si l’on suit quelques règles de vie et surtout de survie !

1. Ne pas choisir au hasard

S’il y a bien une chose qu’il ne faut pas choisir au hasard, c’est bien son orientation… encore plus quand il s’agit de classe préparatoire ! En effet, le programme peut vite devenir une vraie galère !

Pour les élèves en Terminale ES souhaitant intégrer une grande école de commerce, ne perdez pas de vue, par exemple, que vous aurez une dizaine d’heures de mathématiques par semaine, et autant de devoir ! Idem dans les prépas scientifiques, où subsistent toujours la philosophie et le français… Lors du choix de votre classe prépa, vérifiez bien les programmes, les matières, et pesez bien ce à quoi vous devrez faire face !

2. Préparer à l’avance votre rentrée

Ça y est, vous avez été admis en prépa, peut-être même celle que vous espériez en premier vœu… Pour autant, il n’y a plus un seul instant à perdre : la prépa se prépare dès les grandes vacances ! Bien sûr, prévoyez-vous quelques semaines de repos bien méritées après les résultats du baccalauréat. Mais, très vite, il faudra redevenir studieux.

Planchez sur le programme auxquels vous serez confronté, lisez les livres indiqués par vos futurs professeurs, faites des fiches… Bref, assurez-vous d’être au top à la rentrée. Si vous avez des difficultés, n’hésitez pas à travailler avec des annales, à prendre des cours particuliers,… ou simplement à demander conseils à vos connaissances qui auraient fait un passage par une classe prépa !

3. Se faire des amis qui seront des soutiens

En prépa, c’est comme quand on change d’école : on est tout seul ! Il est en effet peu probable que vous ayez obtenu une place dans la même classe prépa que votre meilleur(e) ami(e). Mais justement, il va falloir se faire des amis, et ne surtout pas rester dans son coin.

Travailler en groupe est essentiel pour réussir. Bien sûr, vous avez dans l’optique de passer un concours, avec donc un nombre de places limité. Mais être soudé à un groupe vous motivera : les autres seront là pour vous remonter le moral, vous expliquer un point de cours que vous n’avez pas compris,… Tout comme vous pourriez aussi le faire !

4. Etudier son… alimentation

Pour travailler au mieux, il faut une alimentation adéquate et adaptée. La première chose à faire et de tourner le dos à la junk food. Même si on est tenté par un repas rapide de chips et sodas tout en relisant ses cours, il faut résister. Comme dit l’adage : « Bien dans son corps, bien dans sa tête ! ». Une alimentation saine vous permettra d’être au meilleur de votre forme.

Le repas est également l’occasion de faire une pause, de lâcher du lest : un moment de détente, pour parler avec votre famille si vous résidez chez vos parents, ou avec vos amis si vous êtes en résidence. Enfin, attention aux aliments : allez-y sans hésitation avec le poisson (pour la mémoire), les sucres lents, les infusions,… Et ne forcez pas sur le café, même si vous devez tenir éveillé une bonne partie de la nuit !

5. Revoir sa notation

En classe préparatoire, vous ne serez pas noté comme en Terminale. Vous aviez 18 toute l’année en mathématiques au lycée ? Vous aurez 7 au grand maximum en prépa… Mais, ce qui compte, ce n’est pas votre note, mais votre situation par rapport au reste de la classe.

En effet, vous pouvez vous retrouver avec un 5/20, et être dans les trois premiers dans votre prépa. Bien sûr, il faudra vous dépasser, ne pas se contenter de peu, mais gardez à l’esprit que tous vos camarades de classe seront plutôt bons et engagés pleinement dans la compétition. Ce sera donc le classement qui primera sur la note !

6. Accepter l’échec

Si votre note est mauvaise et que votre classement l’est aussi, pas de panique : il ne s’agit que d’une note, et vous aurez mille-et-une occasions de vous rattraper. Ayez une attitude positive, et non négative : revoyez les points que vous n’avez pas compris, quitte à demander des explications à celui ou celle dans la classe qui a le mieux réussi. Vous en ferez de même la prochaine fois avec un autre devoir ! Ne partez pas défaitiste : au contraire, que ce mauvais résultat vous booste pour que vous soyez meilleur la prochaine fois. On apprend toujours de ses erreurs, voire de ses échecs !

7. Ne penser pas uniquement à la prépa

Si vous êtes en prépa, c’est que vous avez un projet derrière… Cette classe n’est en effet pas un but en soi, mais qu’une étape. Votre objectif doit bien être d’être le mieux préparé aux concours. Ne perdez pas de vue les cours et les devoirs de la prépa, mais gardez un œil sur les épreuves que vous aurez à passer par la suite.

Car les meilleurs éléments de ces cursus auront le plus de chance d’intégrer l’école de leur choix, mais encore faut-il garder à l’esprit quelle est cette école. Et cet objectif vous motivera d’autant plus pour vous dépasser, et même vous surpasser !

8. S’aménager des plages pour soi

En prépa, le temps de penser à soi n’est plus vraiment là… Et pourtant, c’est primordial ! Que ce soit pour aller faire des footings ou lire la tête reposée, ne vous négligez pas. Certes, il vous sera difficile de faire une activité en club, car vous ne pourrez tenir vos engagements, entre les colles, les révisions, les devoirs,…

Mais prenez-vous quelques minutes par semaine pour faire le vide et réaliser des choses qui vous tiennent à cœur. D’autant que c’est très bénéfique pour votre équilibre. Et surtout, ne négligez pas votre sommeil : il est important pour le renouvellement cellulaire, pour votre mémoire, pour votre tonus,…

9. Adopter la positive attitude

On ne vous fera pas de cadeaux en classe prépa. Les insultes, parfois, fusent même ! Mais il ne faut surtout pas que vous croyez que vous êtes incapables, et encore moins nuls…

Vous avez bien réussi votre scolarité, vous avez passé votre bac avec succès, vous avez même été admis dans une filière dite « très sélective »… Croyez en vous, et surtout en vos capacités ! Les autres élèves seront de toutes manières dans les mêmes dispositions que vous !

10. Se réorienter si besoin

Inutile de tomber malade : si la prépa n’est vraiment pas faite pour vous, abandonnez ! S’il vous reste quelques semaines, vous pouvez toujours tenir bon jusqu’au bout, et ensuite entrer à l’université ou intégrer une école post-bac.

Une année de prépa n’est jamais perdue, et elle vous propulsera au contraire aux sommets de votre futur établissement, grâce à vos capacités de travail et à votre méthode de travail déployée. Mais, en cas de réelle impasse, faites le bon choix, qui est parfois de savoir reconnaître qu’on s’est trompé. Vous n’en sortirez que grandi !

Anaïs Grockowiak, Orientations