Les résultats de l’étude PISA récemment dévoilés par l’OCDE sont cruels pour la France : au cœur de notre système scolaire, les élèves issus de l’immigration sont au moins deux fois plus susceptibles de compter parmi les élèves en difficulté1. Sans nier cette réalité, nous nous proposons de changer de perspective, à travers une étude menée auprès de jeunes primo-arrivants, qui constituent, au contraire, des exemples de réussite scolaire. Cette étude, menée en partenariat avec la Direction de l’Accueil, de l’Accompagnement des Etrangers et de la Nationalité (DAAEN) du Ministère de l’Intérieur, s’appuye sur le réseau des étudiants bénéficiaires de l’association Passeport Avenir. Deux sociologues, Elyamine Settoul (Institut National d’Etudes Démographiques) et Shirin Shahrokni (Cambridge, Institut d’Etudes Politiques de Paris), se sont penchés sur les récits d’une vingtaine de jeunes adultes primo-arrivants accompagnés par l’association, de provenance extra-européenne (principalement Afrique du Nord et Afrique de l’Ouest) ayant immigré en France entre la petite enfance et l’adolescence. L’étude s’intéresse à ces élèves ayant connu des trajectoires de réussite scolaire, sans passer par la « voie royale » des classes préparatoires traditionnelles, pour parvenir à une forte ascension sociale intergénérationnelle. En dépit des difficultées d’adaptation, ils ont su mobiliser des ressources sociales, culturelles, économiques qui ont joué un rôle clé dans la concrétisation de leur réussite. « Au-delà des éléments de constat et des recommandations, cette enquête sociologique ouvre la voie à une réflexion plus large sur la mise en oeuvre des politiques d’accompagnement des étrangers dans leur réussite universitaire et leur accès à l’emploi, ainsi que la reconnaissance de l’apport des personnes immigrées à notre pays. A travers leur histoire personnelle, vingt jeunes issus de notre diversité témoignent de la force de ce « rêve français » qu’ils incarnent et que nous souhaitons vous faire partager » déclarent Muriel NGUYEN, Directrice de la DAAEN, et Benjamin BLAVIER, Délégué général de l’association Passeport Avenir.

lécharger l’enquête sociologique au format PDF


1 « Les élèves issus de l’immigration sont au moins deux fois plus susceptibles de compter parmi les élèves en difficulté. La proportion d’élèves issus de l’immigration se situant sous le niveau 2 en mathématiques lors du cycle PISA 2012 ne dépasse pas 16 % en Australie et au Canada, mais atteint 43 % en France et globalement plus de 40 % uniquement en Autriche, en Finlande, en Italie, au Mexique, au Portugal, en Espagne et en Suède. » Extrait de la note PISA 2012 : Faits marquants disponible en ligne sur le site web de l’OCDE : http://www.oecd.org/pisa/keyfindings/PISA-2012-results-france.pdf